Star Actu

Les artistes nigérians ont gagné 17 millions de dollars sur Spotify en 2023

 

Les artistes nigérians ont généré plus de ₦25 milliards (environ 17 millions de dollars au taux de change actuel) de droits d’auteur sur Spotify en 2023, marquant une augmentation de 2 500% depuis 2017. C’est ce qui ressort du dernier rapport Loud & Clear de la plateforme de streaming numérique, publié le mois dernier pour améliorer la transparence en fournissant des données sur les paiements de droits d’auteur et en analysant l’économie mondiale du streaming pour les artistes, les fans et l’industrie. Les chiffres de Spotify montrent également que le nombre d’artistes nigérians gagnant plus de ₦10 millions en droits d’auteur a quadruplé depuis 2018, plus de la moitié de ces droits étant versés à des artistes ou labels indépendants. D’autres conclusions clés montrent que les auditeurs de Spotify ont découvert les artistes nigérians près de 950 millions de fois en 2023, tandis que les artistes nigérians possédaient plus de 80% des morceaux figurant dans le top 50 quotidien du Nigeria la même année.

 

*Dawda Jobarteh et Stefan Pasborg : leur album attendu le 17 mai

 

La virtuose gambien de la kora, Dawda Jobarteh, et le batteur danois Stefan Pasborg ont uni leurs talents pour créer un album live intitulé Live In Turku. Ce projet, édité par le label danois April Records, sera disponible sur toutes les principales plateformes numériques à partir du 17 mai. Composé de sept pistes captivantes, enregistrées en direct au Flame Jazz à Turku, en Finlande, cet album fusionne habilement les sonorités traditionnelles de l’Afrique de l’Ouest avec des éléments de jazz contemporain et bien plus encore. Il fait suite à leur précédente collaboration en 2016, DUO. Des morceaux tels que «Togo », initialement enregistré en 1979 par un groupe comprenant le multi-instrumentiste et compositeur américain Ornette Coleman, rendent hommage aux racines du jazz dans la musique africaine. De leur côté, les compositions originales telles que « Communication of a Kind » mettent en lumière l’habileté improvisatrice du duo ainsi que leur créativité débordante.

 

« Mensonge » : MamJ Ras Soul revient avec son 4e album vibrant de vérité et d’engagement

 

« Mensonge », le quatrième album du reggaeman sénégalais MamJ Ras Soul, est un cri de vérité dans un monde où la dissimulation semble parfois prévaloir. Disponible depuis le 3 mai, l’opus est un plaidoyer pour l’authenticité dans un monde en proie aux illusions. Enregistré entre Nianing, Dakar, la France et l’Espagne, cet album révèle la richesse des influences culturelles qui ont nourri son essence. Des voix ont été enregistrées au studio Khidma Music Group à Nianing, tandis que l’enregistrement live a eu lieu au studio Lamp Fall à Dakar, en compagnie du groupe Jahmo Band. Dirigé par Dawise, ce projet a également accueilli des collaborations avec des artistes de renommée internationale, dont Manjul, figure emblématique du reggae. A travers onze titres, « Mensonge » explore les profondeurs de l’âme humaine et de la société, défiant les mensonges, dénonçant les injustices et célébrant les vérités les plus profondes. Chanté en wolof, serere, français et anglais, chaque morceau résonne avec une puissance et une sincérité inégalée.

 

*Tam Sir obtient un disque d’or et le trophée du meilleur artiste de l’Afrique de l’Ouest au Kundé 2024

 

Tam Sir, le beatmaker ivoirien, a conquis les cœurs et les charts avec son single viral « Coup du marteau ». Avec des chiffres impressionnants à son actif, ce morceau est rapidement devenu un incontournable des playlists. Ses 11 millions de streams, dont 5 millions rien qu’en France, ainsi que ses 39 millions de vues sur YouTube, témoignent de son succès retentissant. Ce succès fulgurant a été consacré par l’obtention du précieux disque d’or, une distinction honorifique dans l’industrie musicale. La 22e cérémonie des Kundé d’Or, qui célèbre l’excellence artistique en Afrique de l’Ouest et Centrale, l’a également désigné meilleur artiste de l’Afrique de l’Ouest, pour son feat Team Paiya.

 

*Licelv Mauwa, un retour fracassant avec « Moticha »

 

La chanteuse congolaise Licelv Mauwa renaît de ses cendres et dévoile la chanson « Moticha », l’hymne à la persévérance. Loin du studio depuis 8 ans, loin du podium depuis 4 ans, Licelv était loin de ses fans. Mais ça, c’était avant. Il y a plus d’un mois, elle annonçait son come-back aux affaires. C’est chose faite. Durant le week-end dernier, l’artiste a rencontré les médias à Kinshasa pour annoncer son retour et présenter son nouveau titre « Moticha ». Capable de marier les sonorités traditionnelles aux nouveaux styles musicaux, Licelv a encore frappé dans ce morceau qu’elle présente comme un coup de boost. Cet hymne à la bravoure et à la confiance de soi a eu droit à un clip prologue sous-titré en anglais. « Moticha » qui balise le chemin du prochain album de Licelv, baptisé « Métamorphozo » et dont la sortie est annoncée pour bientôt.

 

*Werrason tease le single Tout se paie ici-bas

 

La légende de la musique congolaise, Werrason tease un nouveau single baptisé « Tout se paie ici-bas ». Après une longue attente, les supporters du mythique orchestre Wenge Musica Maison Mère seront bientôt servis. Alors qu’il travaille sur un projet en studio depuis plusieurs mois, Werrason s’apprête à nous offrir son premier extrait. Dans la soirée du dimanche 12 mai dernier, celui qu’on surnomme affectueusement Phénomène a communiqué dessus de manière très spéciale. Il a tout d’abord balancé une vidéo montrant deux demoiselles en train d’échanger avec enthousiasme sur les visuels annonçant ce morceau. Avant de demander à ses fans de valider l’affiche qui accompagnera le single Tout se paie ici-bas. Ce morceau dansant vient baliser le chemin de l’album MOROTE. Sa date de sortie n’est pas encore indiquée, mais tout laisse croire qu’il sera disponible dans les prochaines semaines.

 

Actu-musik-Afrika

 

*Le rappeur Amerado partage son expérience de ritualiste pour une femme

 

Le ghanéen Amerado était jusque-là connu pour ses compositions en langue Twi qui fit de lui le premier rappeur de Kumasi à remporter le prix du meilleur rappeur aux Ghana Music Awards en 2022. L’artiste a aussi un cœur d’artichaut qui l’a poussé à franchir les limites d’un rituel afin de maîtriser le cœur fougueux d’une jeune femme. Il a en effet révélé avoir satisfait aux exigences des incantations mystiques dans un cimetière pour les yeux de sa dulcinée. Le rituel consistait, très tard dans la nuit, à asperger de la poudre en divers endroits du séjour des morts en évoquant le nom de l’élue de son cœur. Les résultats auraient été positifs, selon l’artiste qui se confiait à une radio locale, mais pas pour longtemps. Avait-il trahi un totem du rituel ? Toujours est-il qu’une petite dispute anodine aurait ‘’réveillé’’ la jeune femme qui, comme si elle sortait d’une séance d’hypnose, a tout remis en cause concernant l’amour qu’elle semblait avoir pour Amerado. Voilà comment, selon le rappeur, la relation a pris fin sans être allée très loin.

 

Abidjanshow.com

 

Sélectionnés par DZ

 

Articles similaires

Fally Ipupa, l’album « Formule 7 » certifié disque d’or à l’export

Portrait d’artiste : Gérard Koala

Evasion Magazine

Côte d’Ivoire: LE RAPPEUR DIDI B REMPORTE LE SUPER PRIX PRIMUD 2023

Evasion Magazine

laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.