Au fil des semaines

ORGANISATION DU HADJ 2024: De bons points qui cachent mal des défis

Les premiers Burkinabè en partance pour la Mecque afin de satisfaire au cinquième pilier de l’Islam, le hadj, se sont envolés le 23 mai dernier. Au nombre de 430, ils ont ouvert le bal pour les 8143 candidats burkinabè qui aspirent au hadj cette année, et sont partis avec les bénédictions d’un pèlerinage réussi dans les villes saintes de la part de la Fédération des Associations islamiques (FAIB), du gouvernement, de l’ambassade de l’Arabie saoudite et du Comité national du suivi du pèlerinage à la Mecque (CNSPM). En attendant de voir comment se fera la suite du ballet, l’on peut, déjà, se féliciter de ce premier succès qui n’a été possible que grâce aux efforts conjugués du gouvernement et de l’ambassade d’Arabie saoudite. En effet, tous les visas étaient prêts à deux semaines du premier vol. On espère donc qu’Allah voulant, tout se passera bien même si l’on note une baisse substantielle de la subvention de l’Etat au Comité, crise sécuritaire oblige. Mais comme le dit le proverbe, « aide-toi et le ciel t’aidera ». Il ne faut pas oublier de mettre les petits plats dans les grands pour que les conditions d’accueil les meilleures soient réunies en Terre sainte. Et là, le pari est loin d’être gagné. Parmi les craintes, il faut déjà noter la canicule. L’Arabie saoudite, en raison du désert, est une contrée de fortes chaleurs et cela peut être préjudiciable aux pèlerins d’un âge avancé surtout qu’à l’effet de la canicule, viendra s’ajouter celui du nombre : près de 3 millions de pèlerins sont attendus cette année à la Mecque.

 

Que toutes les mesures prises parviennent à faire du hadj 2024, une parfaite réussite

 

Il y a donc nécessairement des dispositions à prendre pour éviter des drames. Les dispositions à prendre doivent aller dans le sens de l’amélioration continue des conditions d’hygiène des pèlerins. Ce sont là quelques défis à relever pour que le pèlerinage se déroule bien. Mais en attendant, l’on peut déjà féliciter le Comité national du suivi du pèlerinage à la Mecque qui a entrepris d’importantes innovations qui devraient faciliter les choses aux pèlerins. Au nombre de ces innovations, il y a les bracelets informatisés individuels avec code QR à porter au moment des embarquements par chaque pèlerin. Ces bracelets contiennent des informations sanitaires du pèlerin qui permettront, en cas de besoin,  aux équipes d’encadrement de lui porter assistance. Outre cette innovation, il y a aussi les correspondances interpellatrices aux différentes agences de voyage sur les sanctions encourues au cas où elles favorisent l’arrivée de clandestins sur le site réservé aux Burkinabè à Mina. Ces clandestins qui envahissent le site sont à l’origine de la promiscuité qui engendre de nombreux problèmes dont les conditions d’hygiène précaires. Le  Comité national du suivi du pèlerinage à la Mecque semble avoir pris la mesure du danger et s’est engagé pleinement à éradiquer le phénomène.

L’un dans l’autre, l’on note des avancées et le souhait est que toutes les mesures prises parviennent à faire du hadj 2024, une parfaite réussite.

 

Sidzaba

Articles similaires

AUGMENTATION DU COUT DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES: Une pilule amère à avaler

Evasion Magazine

NOUVEAU GOUVERNEMENT AU BURKINA FASO: Veut-on vraiment secouer le cocotier ?

Evasion Magazine

MULTIPLICATION DES PARTIS POLITIQUES SOUS LA TRANSITION: Quand le ventre nous tient !

Evasion Magazine

laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.