Solutions à nos problèmes

« Mes frères et sœurs veulent m’écarter de l’héritage de nos parents »

Je suis l’aîné d’une famille  de 6 enfants, nés de père et de mère burkinabè. Contrairement aux autres enfants, j’ai été adopté légalement par mon père et ma mère qui n’arrivaient pas à concevoir et avoir d’enfant pendant plus de 5 ans de leur mariage. Donc, ils m’ont adopté dans un orphelinat et m’ont inculqué les vraies valeurs  dans mon éducation. C’est après mon adoption que Dieu, dans sa miséricorde, a commencé à leur donner des enfants. Sur mon acte de naissance, c’est les noms de mon père et de ma mère qui sont inscrits. C’est à 16 ans que j’ai su que j’ai été adopté. Bien que mes parents aient eu d’autres enfants après moi, ils m’ont toujours aimé et considéré comme mes autres frères et sœurs. Dieu faisant bien les choses, ils étaient riches. J’ai toujours vécu dans la cour familiale avec mes parents et mes frères et sœurs dans une ambiance d’amour fraternel. Aujourd’hui, papa et maman sont décédés laissant beaucoup de biens matériels, notamment plusieurs maisons. Sur la gestion de ces biens, mes frères et sœurs veulent m’écarter dans la répartition de l’héritage prétextant que j’ai été adopté. Je n’ai pas envie de faire la guerre avec eux, car je suis leur aîné et je sais que mes parents, de là ou ils sont, n’aimeraient pas nous voir nous déchirer à cause des leurs biens. Dieu merci, j’ai réussi socialement.  Je suis marié et père de plusieurs enfants. Je ne manque pas de quoi nourrir ma petite famille, mais je suis écœuré de voir mes frères et sœurs se comporter de la sorte. J’ai mon nom inscrit dans le livret de famille en premier en tant qu’enfant de mes parents. Je pense donc que si mes frères et sœurs veulent vendre les biens de nos parents, je dois être impliqué.  Mais là, ils veulent vendre tous les biens, y compris la cour familiale et se partager l’argent sans moi. Mes parents n’ont pas fait de testament, donc leurs biens devraient revenir à nous tous, leurs enfants. Aujourd’hui, je me pose la question de savoir si je dois revendiquer ce qui me revient ou bien laisser mes frères et sœurs se partager les biens de nos parents sans moi. Cette question me tracasse. Eclairez-moi.

 

Un fidèle lecteur

 

Votre père et votre mère qui ne sont plus de ce monde vous ont donné une bonne éducation, et en tant qu’aîné de la famille, vous devez garder votre calme pour préserver  le tissu familial.  Vos frères et sœurs ne savent pas que c’est votre chance qui a fait que Dieu a donné d’autres enfants à vos parents.  Ils ne peuvent pas vendre les biens sans votre accord ni votre signature. Vos frères et sœurs n’ont rien compris car être parents, ce n’est pas forcement un lien biologique. Vous devez agir dans les normes et ne pas vous laisser malmener par vos frères et sœur. Même si vous n’avez pas besoin de cet héritage, vous pouvez  récupérer votre part et en faire ce que vous voulez. Et je trouve que vous agissez selon la justice divine et la justice des Hommes : approcher-vous d’un homme de droit ou des services compétents dans cette matière ou d’un sage au niveau de la famille pour avoir les éclairages possibles ou les choix à faire. Je me dis que si vous ne réclamez pas votre héritage, vos parents couchés sous terre n’en seront pas contents. S’ils ne voulaient pas que vous héritiez de leurs biens, ils l’auraient signifié clairement dans un testament. L’argent, c’est le diable et c’est dommage que vos frères et sœurs agissent de la sorte. Si vos parents n’avaient pas été riches et que vous, aujourd’hui, étiez le pilier de la famille parce que socialement bien placé, ils vous auraient considéré comme leur grand-frère à qui ils demanderaient tout. En tant qu’aîné, c’est à vous de faire comprendre à vos frères et sœurs  que leurs agissements et comportements ne sont pas des plus recommandés et recommandables. Vous ne devrez pas les laisser vendre la cour familiale.  Vos frères et sœurs sont en réalité animés par l’esprit de l’argent et le gain facile. Vos parents vous ont aimés et vous ont donné un amour maternel et paternel ; donc ne laissez pas vos frères vous gâcher ce bonheur. Il y a des enfants nés biologiquement de même père et de même mère qui se battent pour une histoire d’héritage, ce sont des choses malheureusement que l’on rencontre de nos jours.  Agissez dans la légalité et avec sagesse sans entrer en guerre contre eux. Oubliez que vous avez été adopté et dites-vous que vous êtes l’enfant de vos parents, un point c’est tout.  Tenez bon, et bonne chance. Bon week-end.

 

NB : Nous vous  rappelons que cette rubrique est la vôtre. Ceux ou celles qui ont, de par leurs expériences propres ou non, des conseils à prodiguer aux âmes en détresse, sont prié (e)s de nous les envoyer. L’anonymat leur est garanti s’ils/elles le souhaitent. Ils/elles peuvent également déposer directement leurs courriers au siège des Editions « Le Pays », sis au quartier 1 200 Logements de Ouagadougou ou auprès de nos représentants dans les différentes provinces.

 

[email protected]

Tél.: (00226) 78 00 23 73

01 BP 4577 Ouagadougou 01

BURKINA FASO

 

 

 

Articles similaires

« Je veux me marier coûte que coûte »

Evasion Magazine

« Le père de son enfant ne veut pas la laisser partir »

Evasion Magazine

« Il m’a menti lors des fêtes et je l’ai pris la main dans le sac »

Evasion Magazine

laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.