Portrait d'artiste

Claire Bailly

Claire Bailly est née le 10 juin 1984 à Daloa dans le Centre de la Côte d’Ivoire, d’un père instituteur, éleveur et planteur et d’une mère ménagère, Zouzouco Agnès. Huitième d’une famille de treize enfants, elle accomplit son parcours scolaire dans la ville voisine d’Issia jusqu’à la classe de première. Ensuite, elle revient à Daloa pour y faire la classe de terminale. Mais elle ne reprend plus le chemin de l’école, obnubilée par d’autres projets. C’est ainsi qu’elle se présente au concours de beauté Miss Côte d’Ivoire en 1999. Lors de la présélection à Daloa, elle finit deuxième dauphine. L’année qui suit elle se rend en Europe. C’est au retour du pays qu’elle fera partie de cette génération qui a montré un engouement pour le coupé-décalé dans la musique ivoirienne à partir des années 2000. En effet, après un passage sur Paris, elle revient en Côte d’Ivoire en 2005, précisément à Issia, dans sa région d’origine, puis à Abidjan. Son parcours dans l’industrie musicale commence à Abidjan en 2007. Puis en 2008, elle lance un single intitulé « A connaît pas à demander ». Avec une cadence d’un single chaque année, tel que « Loumouka » en 2015, elle maintient une présence sur la scène ivoirienne au fil des années. Elle se signale à l’occasion des fêtes populaires comme le Popo Carnaval à Bonoua en 2015. Elle s’associe le temps d’un titre, en 2016, avec un duo togolais, Toofan, sur un morceau intitulé « J’aime ça ». Toujours en 2016, elle est sacrée meilleure artiste coupé-décalé dans la catégorie féminine pour la première édition des oscars de la musique ivoirienne. En 2018, elle s’associe là encore le temps d’un titre à la chanteuse camerounaise Mani Bella, fusionnant dans ce titre deux genres de musique, le coupé-décalé ivoirien et le bikutsi camerounais. En 2019, elle est invitée pour la première fois au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (FEMUA), un festival rassemblant le meilleur de la musique afro-pop en Afrique de l’Ouest et est rejointe sur scène, durant son show, par un « vétéran » ivoirien du coupé-décalé, Vetcho Lolas. Claire Bailly a complètement arrêté de chanter pour le coupé-décale, elle marque sa séparation définitive avec le monde du coupé-décalé depuis le samedi 20 août 2022. Elle  est officiellement devenue pasteur-évangélique et c’est à Yopougon quartier millionnaire, précisément à la Maison charismatique de la deuxième gloire, que s’est tenue sa cérémonie de consécration.

 

Evariste Télesphore NIKIEMA

Articles similaires

HAWA DRAME

Evasion Magazine

Nourat

Evasion Magazine

Monique Séka

Evasion Magazine

laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.